logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

jeudi, 21 juin 2018

Réforme des retraites : concertation (21 06 2018)

Nous vous proposons aujourd’hui cette note d’information publiée le 31 mai 2018 sur le site Vie-publique (cliquer ici pour accéder au site Vie-publique)

http://www.vie-publique.fr/focus/retraites-lancement-concertation.html?xtor=EPR-56.html

Réforme des retraites : lancement de la concertation

Le 31 mai 2018, le gouvernement a ouvert une plateforme de consultation citoyenne https://participez.reforme-retraite.gouv.fr/

dans le cadre de la concertation sur la réforme des retraites. Les citoyens sont appelés à donner leur avis en ligne sur 11 thématiques (âge de la retraite, droits du conjoint, prise en compte des enfants, etc.). A partir de septembre 2018, des ateliers citoyens seront organisés en région. Huit ateliers sont prévus et il est d’ores et déjà possible de s’y inscrire à partir de la plateforme.

  • Atelier organisé à Montreuil le 06 septembre 2018
  • Atelier organisé à Lorient le 18 septembre 2018
  • Atelier organisé à Arras le 20 septembre 2018
  • Atelier organisé à Strasbourg le 02 octobre 2018
  • Atelier organisé à Toulon le 05 octobre 2018
  • Atelier organisé à Angoulême le 17 octobre 2018
  • Atelier organisé à Dijon le 19 octobre 2018
  • Atelier organisé à Toulouse le 23 octobre 2018

Dans son programme électoral, le président de la République Emmanuel Macron a proposé une vaste réforme des retraites visant à la mise en place d’un système universel de retraites où un euro cotisé donne les mêmes droits à tous les cotisants.

Pour préparer cette réforme, Jean-Paul Delevoye a été nommé Haut Commissaire à la réforme des retraites.

Outre la consultation en ligne, le Haut-Commissaire conduira une concertation avec les partenaires sociaux. La concertation devrait durer jusqu’en décembre 2018 pour la présentation d’un projet de loi en 2019.

Les régimes de retraite ont déjà été réformés en 1993 (allongement de la durée de cotisation et modification de la période de référence pour le calcul des pensions pour le régime général), en 2003 (alignement de la durée de cotisation des fonctionnaires sur celle des salariés du privé, indexation des pensions sur le prix...) et en 2008 (réforme des retraites des régimes spéciaux), en 2010 (relèvement progressif de l’âge légal de départ et de l’âge pour une retraite à taux plein) et en 2013 (augmentation de la durée de cotisation, prise en compte de la pénibilité).

Sur vie-publique.fr

mardi, 19 juin 2018

Règlement général sur la protection des données (2/2) (19 06 2018)

Nous vous proposons la 2e partie de cette note d’information publiée le 18 mai 2018 sur le site Vie-publique (cliquer ici pour accéder au site Vie-publique)

http://www.vie-publique.fr/actualite/dossier/securite-internet/reglement-general-protection-donnees-quoi-s-agit-il.html

SOMMAIRE :

Règlement général sur la protection des données (RGPD) : de quoi s’agit-il ?

L’esprit du RGPD

Le champ d’application du RGPD

Un cadre plus protecteur pour les données personnelles des particuliers

- Le RGPD reprend de nombreux grands principes déjà inscrits dans le droit européen et dans la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, dite loi CNIL.

- Le RGPD renforce les droits des personnes

- Le RGPD crée de nouveaux droits

Une responsabilisation accrue des acteurs traitant des données

Une redéfinition du rôle des autorités de protection, une meilleure coopération entre elles

…/…

Le RGPD crée de nouveaux droits :

  • droit à la portabilité de ses données. Toute personne doit pouvoir récupérer les données qu’elle a fournies à une plateforme et les transférer gratuitement à une autre (réseau social, etc.) :
  • droit à notification en cas de piratage de ses données personnelles. La personne concernée doit être rapidement avertie par le responsable du traitement, sauf dans certaines situations (par exemple données déjà chiffrées) ;
  • action de groupe. Toute personne peut mandater une association ou un organisme actif dans le domaine de la protection des données pour introduire une réclamation ou un recours et obtenir réparation en cas de violation de ses données ;
  • droit à réparation du dommage matériel ou moral. Toute personne qui a subi un tel dommage du fait de la violation du RGPD peut obtenir du responsable du traitement ou du sous-traitant la réparation de son préjudice.

Une responsabilisation accrue des acteurs traitant des données

 

Lire la suite

lundi, 28 mai 2018

Internet : mot de passe (28 05 2018)

Nous vous proposons aujourd’hui cette note d’information publiée le 11 mai 2018 sur le site Service-public (cliquer ici pour accéder au site Service-public)

https://www.service-public.fr/particuliers/actualites/A12594?xtor=EPR-100.html

Internet : comment choisir un bon mot de passe ?

Publié le 11 mai 2018 - Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre)

Sur internet, quand il s'agit de consulter vos messages, d'acheter un produit ou de vérifier votre compte bancaire, on vous demande systématiquement un mot de passe. Or, ces mots de passe sont souvent faibles d'autant que certains internautes utilisent le même mot de passe sur plusieurs comptes. Face à ce constat, la Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil) vous propose un outil en ligne pour générer un mot de passe solide.

Pour cela, il vous faut tout simplement choisir une phrase que vous mémoriserez facilement contenant au moins :

  • un nombre ;
  • une majuscule ;
  • un signe de ponctuation ou un caractère spécial (dièse, euro...) ;
  • une douzaine de mots.

L'outil en ligne de la Cnil génère alors un mot de passe qui reprend les premières lettres de chaque mot avec les nombres et les signes de ponctuation ou caractères spéciaux.

Ainsi, par exemple, la phrase « SP, c'est du solide depuis plus de 15 ans ! » donnerait comme mot de passe :

S,c'edsdpd15a!

À savoir :

Pour renforcer la robustesse de votre mot de passe, la Cnil conseille également :

  • d'éviter de choisir un nombre compris entre 1950 et 2049 ;
  • d'ajouter une ponctuation ou un caractère spécial ;
  • d'utiliser un émoticône pour remplacer le mot correspondant (prendre :-) à la place du mot « sourire » par exemple).

Et aussi

Pour en savoir plus

Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil)

Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information (ANSSI)

Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil)

Internet : mot de passe

 

Nous vous proposons aujourd’hui cette note d’information publiée le 11 mai 2018 sur le site Service-public (cliquer ici pour accéder au site Service-public)

 

https://www.service-public.fr/particuliers/actualites/A12594?xtor=EPR-100.html

Internet : comment choisir un bon mot de passe ?

Publié le 11 mai 2018 - Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre)

Sur internet, quand il s'agit de consulter vos messages, d'acheter un produit ou de vérifier votre compte bancaire, on vous demande systématiquement un mot de passe. Or, ces mots de passe sont souvent faibles d'autant que certains internautes utilisent le même mot de passe sur plusieurs comptes. Face à ce constat, la Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil) vous propose un outil en ligne pour générer un mot de passe solide.

Pour cela, il vous faut tout simplement choisir une phrase que vous mémoriserez facilement contenant au moins :

  • un nombre ;
  • une majuscule ;
  • un signe de ponctuation ou un caractère spécial (dièse, euro...) ;
  • une douzaine de mots.

L'outil en ligne de la Cnil génère alors un mot de passe qui reprend les premières lettres de chaque mot avec les nombres et les signes de ponctuation ou caractères spéciaux.

Ainsi, par exemple, la phrase « SP, c'est du solide depuis plus de 15 ans ! » donnerait comme mot de passe :

S,c'edsdpd15a!

À savoir :

Pour renforcer la robustesse de votre mot de passe, la Cnil conseille également :

  • d'éviter de choisir un nombre compris entre 1950 et 2049 ;
  • d'ajouter une ponctuation ou un caractère spécial ;
  • d'utiliser un émoticône pour remplacer le mot correspondant (prendre :-) à la place du mot « sourire » par exemple).

Et aussi

Pour en savoir plus

Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil)

Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information (ANSSI)

Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil)

vendredi, 27 avril 2018

Internet, démarches en ligne sans ordinateur (27 04 2018)

Nous vous proposons aujourd’hui cette note d’information publiée le 18 avril 2018 sur le site Service-public (cliquer ici pour accéder au site Service-public)

https://www.service-public.fr/particuliers/actualites/A12544?xtor=EPR-100.html

Des points d'accueil numériques pour vous aider dans vos démarches en ligne

Publié le 18 avril 2018 - Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre)

Vous n'êtes pas à l'aise avec l'informatique ? Vous devez renouveler votre passeport et votre ordinateur est en panne ? Trouvez le point d'accueil numérique le plus proche où vous pourrez effectuer vos démarches en toute sécurité.

Depuis le 6 novembre 2017, l'ensemble des démarches effectuées auparavant en préfectures et sous-préfectures doivent être réalisées par le biais de téléprocédures depuis un ordinateur connecté à internet.

Pour les personnes non équipées, non connectées ou peu habituées à l'usage d'un ordinateur, le ministère de l'Intérieur met à leur disposition des points d'accueil numériques, avec des médiateurs pour les guider dans la réalisation de leurs démarches. Équipés d'ordinateurs, d'imprimantes et de scanners, ces points d'accueil sont accessibles dans toutes les préfectures et sous-préfectures de métropole et d'outre-mer.

Pour connaître l'adresse et les horaires du point le plus proche de chez vous, il suffit de cliquer sur la carte des points d'accueil numériques . Il est parfois obligatoire de prendre rendez-vous.

  À noter :

Les usagers peuvent également, pour leurs démarches administratives, se tourner vers les Maisons de services au public disponibles sur l'ensemble du territoire.

Elles délivrent une offre de proximité, à l'attention de tous les publics, en un lieu unique où les usagers sont accompagnés de façon personnalisée dans leurs démarches de la vie quotidienne (aides et prestations sociales, emploi, insertion, retraite, énergie, prévention santé, accès aux droits, mobilité, vie associative, etc.). Il leur est proposé accueil, information et orientation, aide à l'utilisation des services en ligne, aide aux démarches administratives ou encore mise en relation avec les partenaires (Pôle emploi, Caisse nationale d'assurance maladie des travailleurs salariés, Caisse nationale d'assurance vieillesse, Caisse nationale des allocations familiales, Caisse centrale de la Mutualité sociale agricole, La Poste, GRDF).

Pour en savoir plus

 

Solutions en PYRENEES-ATLANTIQUES :

Pyrénées Atlantiques : informations copiées-collées depuis le site :

http://www.pyrenees-atlantiques.gouv.fr/Demarches-administratives/Les-points-et-espaces-numeriques

Le département des Pyrénées-Atlantiques compte actuellement 16 points et espaces numériques :

 - les 13 espaces numériques s’adressent à tous les usagers et sont installés soit en mairie, soit dans des bureaux de poste, soit dans les maisons de service au public.

Arthez-de-Béarn, bureau de poste, 5 place Donis (T.05 59 67 41 34)

Bedous, maison de services au public, centre multiservices Fénart, (T 05 59 34 52 53)

Espelette, mairie (T 05 59 93 91 44)

Garlin, mairie (T 05 59 04 70 09)

Lacq-Audejos, mairie (T 05 59 60 13 69)

Lème, mairie (T 05 59 04 30 23)

Nay, maison de services au public, 8 cours Pasteur (T 05 59 13 02 70)

Ogeu-les-Bains, bureau de poste (T 05 59 34 90 26)

Saint-Etienne-de-Baigorry, bureau de poste (T 05 59 37 43 13)

Sauveterre-de-Béarn, mairie (T 05 59 38 50 17)

Serres-Castet, maison de services au public, centre Alexis Peyret (T 05 59 33 11 66)

Tardets-Sorholus, bureau de poste (T 05 59 28 52 60)

Thèze, bureau de poste (T 05 59 04 83 10)

    - 3 points numériques s’adressent prioritairement aux personnes ne disposant pas d’outils informatiques ou peu à l’aise avec internet et les téléprocédures. Ils sont situés dans les locaux de la préfecture de Pau (les lundi, mercredi et vendredi de 9H à 12H et de 13H30 à 16H, les mardi et jeudi de 9H à 12H) et des sous-préfectures de Bayonne (du lundi au vendredi de 9H à 12H) et d’Oloron-Sainte-Marie - sur rendez-vous (du lundi au vendredi de 9H à 12H – 13H30 à 16H)

lundi, 16 avril 2018

Piratage de messagerie : Point de vue d’un piraté (16 04 2018)

(L’accent sur piraté est important car je n’ai ni le savoir faire, ni la mentalité du pirate)

En espérant que cela pourra servir à l’un d’entre vous, sinon à tous, pour éviter ou retarder un piratage éventuel, je vous livre les informations concrètes tirées de mon expérience depuis mercredi soir. Sans doute en avez-vous déjà entendu parler, de près ou de loin, et peut-être aurez-vous des suggestions, témoignages à partager avec nos lecteurs. Merci par avance de ces échanges utiles à tous.

LES FAITS :

Rentré chez moi tard mercredi soir, j’ai souhaité transmettre par ma messagerie (Orange) deux documents dans la cadre de mon activité associative (ANHR 64=assoc° nationale des hospitaliers retraités, section 64).

Impossible par le mode habituel (créer un message, écrire l’objet, rédiger le texte, insérer les pièces jointes, insérer les nom-adresse du destinataire, …) car sur l’avant-dernière étape avant le clic d’envoi, la liste des destinataires ne répond pas (après vérification, elle est absolument vide).

A cela près, la messagerie restant opérationnelle, je peux grâce à des messages reçus archivés, activer la fonction REPONDRE et envoyer un signal d’alerte à quelques proches dont mes enfants.

Mes enfants me répondent le jeudi matin que je suis piraté car un message intitulé à mon nom, (cependant, en regardant de près, on peut remarquer qu’il émane d’un inconnu : maguyjy@gmail.com , mais ce n’est qu’un exemple, et cela peut signifier que j’écris depuis un café, ou de chez un particulier) signale mon embarras et demandant « en toute confidentialité » d’établir un contact par Email en vue de me dépanner et sans téléphoner ni inquiéter mon  entourage..

Une réponse bienveillante ou curieuse déclenche un 2e message qui explicite mon embarras (ici, je suis coincé à Ajaccio, sans papiers, carte bleue ni téléphone oubliés dans un taxi) et sollicite un dépannage financier remboursable dès mon retour,  si on se trouve près d’un bureau de tabac ou d’une station service.

A une nouvelle réponse bienveillante ou curieuse, un 3e message (parfois dès le 2e) invite à aller acheter des bons d’achat par internet dans un bureau de tabac (pour 800 €)  puis à communiquer par Email les codes de paiement de ces supports.

J’ai pu reconstituer ce scénario grâce aux appels ou messages d’amis sollicités jusqu’au 2e ou 3 ou parfois 4e stade.

CONSEILS 1 : En pareille situation, toujours vérifier par téléphone, ou Email (à la bonne adresse) et rester vigilant face à une situation curieuse, inhabituelle et sollicitante ;

CONSEIL 2 : pour son ordinateur, joindre le n° d’assistance téléphonique du fournisseur d’accès à Internet  pour rémédier au piratage :

 

Lire la suite

jeudi, 29 mars 2018

Couverture numérique (29 03 2018)

Question de sénateur et réponse ministérielle publiées le 17 janvier 2018 sur le site du Sénat (cliquer ici pour accéder au site du Sénat)

http://www.senat.fr/questions/base/2018/qSEQ18010167G.html

Question d'actualité au gouvernement n° 0167G de M. Raymond Vall (sénateur du Gers)

Ma question s'adresse à M. le secrétaire d'État auprès du ministre de la cohésion des territoires.

 
Monsieur le secrétaire d'État, pouvoir accéder aux réseaux de téléphonie mobile est une attente majeure de nos concitoyens, en particulier de ceux qui vivent en zone rurale et entendent bien des promesses depuis longtemps. Il s'agit d'un enjeu primordial en matière d'aménagement des territoires, et le Président de la République s'est engagé à généraliser une couverture mobile de qualité avant 2020.

 
Aux côtés de M. Jacques Mézard, vous avez annoncé, dimanche soir, avoir abouti à un accord avec les opérateurs de télécommunication, accord qui prévoit un investissement de plus de 3 milliards d'euros supplémentaires au titre de cet engagement. Il s'agit d'une mesure de justice indispensable à la cohésion de notre pays et surtout à l'égalité des territoires.

 
Toutefois, je vous rappelle que de telles promesses ont déjà été faites, sans que les résultats soient à la hauteur des attentes de nos concitoyens. Aussi, monsieur le secrétaire d'État, je vous demande de nous préciser ce que cet accord apporte réellement de nouveau et en quoi il pourra permettre d'aboutir, à la différence des initiatives précédentes. En outre, quelles simplifications administratives allez-vous mettre en œuvre ?

 
Enfin, il me paraît important que vous nous indiquiez comment vous vous êtes assuré que cet accord était, du point de vue de l'État, un bon accord et quel sera le rôle des élus locaux, qui sont aujourd'hui découragés, parce qu'ils n'ont aucune prise sur les décisions des opérateurs.

 

Réponse du Secrétariat d'État, auprès du ministre de la cohésion des territoires publiée dans le JO Sénat du 17/01/2018 p. 52

 

Lire la suite

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique