logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

mardi, 24 octobre 2017

Trouble bipolaire : repérage et prise en charge initiale (24 10 2017)

Nous proposons ce mémo publié le 6 octobre 2015 sur le site de la Haute Autorité de Santé (cliquer ici pour accéder au site de la HAS)

https://www.has-sante.fr/portail/jcms/c_2058663/fr/trouble-bipolaire-reperage-et-prise-en-charge-initiale.html

Le trouble bipolaire est une maladie psychiatrique chronique et récurrente d’évolution variable. Ce trouble débute souvent entre 15 et 25 ans. Il se caractérise par une alternance d'épisodes hypomaniaques ou maniaques et d'épisodes dépressifs légers, modérés ou sévères, avec des intervalles de rémission plus ou moins longs. Un repérage précoce et une prise en charge adaptée sont essentiels. Sans prise en charge appropriée, cette maladie engendre un risque élevé de suicide, de troubles psychiatriques et de désinsertion familiale et sociale. Explications du Dr Joëlle Favre-Bonté, du service des bonnes pratiques professionnelles à la HAS (Propos recueillis par Arielle Fontaine – HAS).

La HAS a réalisé une fiche mémo sur le repérage et la prise en charge initiale d’un trouble bipolaire.

Quelles sont les spécificités de cette maladie ?


 

La maladie touche le plus souvent l’adolescent ou le jeune adulte. Elle se caractérise par un trouble de l’humeur, qui, en dehors des périodes de rémissions, se traduit par une alternance d’épisodes maniaques ou hypomaniaques (exaltations de l’humeur, agitation psychomotrice) et d’épisodes dépressifs. Le risque suicidaire est majeur et l’avis d’un psychiatre est nécessaire.

Quels sont les symptômes qui permettent d’établir le diagnostic d’un trouble bipolaire ?

Face à un épisode maniaque ou hypomaniaque, le diagnostic est établi. L’épisode maniaque constitue une urgence psychiatrique qui nécessite une hospitalisation. Il se caractérise surtout par :
• une élévation de l’humeur, une agitation psychomotrice, des idées de grandeur, des insomnies ;
• des critères de durée – plus d’une semaine – et un retentissement fonctionnel majeur.
En l’absence de ces épisodes, le diagnostic est complexe à établir. D’ailleurs, il s’écoule en moyenne dix ans entre le début de la maladie et l’instauration d’un traitement adapté.
Devant un épisode dépressif on doit toujours rechercher des arguments en faveur d’un trouble bipolaire.

Quelles sont les situations qui doivent faire penser à un trouble bipolaire ?

Compte tenu des risques de suicide et de la souffrance que cette maladie engendre, il faut vérifier si elle ne se cache pas derrière certains comportements. Il faut donc s’attacher à la débusquer :
• s’il existe certaines pathologies psychiatriques, comme les addictions, les troubles de conduite ou les troubles anxieux ;
• s’il y a rupture avec le fonctionnement antérieur du patient (conduites à risque, passages à l’acte délictueux). Pour un adolescent, prises de substances psychoactives, fugue, transgressions, notamment sexuelles, repli sur soi, décrochage scolaire ;
• face à une tentative de suicide ;
• devant tout épisode dépressif d’un adolescent ou d’un jeune adulte.

Que faire en cas de suspicion de trouble bipolaire ?

L’évaluation du risque suicidaire est primordiale. En effet, au moins un patient sur deux fera une tentative de suicide. Et plus d’un patient sur dix non traité succombera par suicide (15 %). Il est donc indispensable d’évaluer le degré d’urgence des mesures à prendre pour protéger le patient.
Dès qu’un trouble bipolaire est suspecté, le patient est adressé à un psychiatre afin que le diagnostic soit confirmé. Une collaboration étroite entre les professionnels de santé est essentielle afin d’établir un diagnostic précoce et de mettre en place une prise en charge thérapeutique adaptée (psychiatre et pédopsychiatre ; médecin traitant, pédiatre, personnel de santé au travail, personnel de santé scolaire, etc.).
Le diagnostic est avant tout clinique. Plusieurs évaluations sont souvent nécessaires pour pouvoir l’établir. Pour le diagnostic, le caractère épisodique des troubles et la rupture avec le fonctionnement psychique antérieur sont deux notions importantes.

 Repérage du trouble bipolaire par le médecin traitant – Parcours du patient

 

neurologie, troubles, diagnostic, prise en charge

SITUATION 1 – Antécédent de manie ou d’hypomanie connu
L’association d’un épisode dépressif caractérisé avec un antécédent connu d’au moins un épisode de manie ou d’hypomanie permet de poser le diagnostic de trouble bipolaire.
SITUATION 2 – Recherche des antécédents d’hypomanie
En l’absence d’antécédent connu de manie ou d’hypomanie, le diagnostic est difficile.  La rupture avec le fonctionnement psychique antérieure est une notion importante pour le diagnostic.
Pour l’adulte, le questionnaire « Trouble de l’humeur » (Mood Disorder Questionnaire) est un outil d’aide au repérage d’une hypomanie.
SITUATION 3 – Recherche d’indicateurs de bipolarité
  •   survenue précoce de dépression avant 25 ans ;
  •   antécédents d’épisodes dépressifs et multiples (3 ou plus) ;
  •   antécédents familiaux connus de trouble bipolaire ;
  •   épisode dépressif avec ou sans caractéristiques psychotiques, survenant dans le post-partum ;
  •   caractéristiques atypiques de l’épisode dépressif telles qu’une hyperphagie, une hypersomnie ;
  •   caractéristiques psychotiques congruentes avec l’humeur ;
  •   réponse atypique à un traitement antidépresseur (non-réponse thérapeutique ; aggravation des symptômes ; apparition d’une agitation ; apparition de notion d’hypomanie même brève) ;
  •   épisode de manie ou virage maniaque sous traitement par antidépresseur (dans ce cas le diagnostic est établi).

Écrire un commentaire

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique