logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

samedi, 11 mars 2017

Antibiorésistance et environnement (10 03 2017)

Nous proposons aujourd’hui cette note d’analyse publiée en février 2017 sur le site du Commissariat Général au Développement Durable (cliquer ici pour accéder au site du CGDD)

http://www.developpement-durable.gouv.fr/collection-thema#e1.html

http://www.developpement-durable.gouv.fr/sites/default/fi...

Antibiorésistance et environnement (Février 2017)

Si la résistance des bactéries à des antibiotiques est un phénomène naturel qui a toujours existé, son impact sur la santé publique est aujourd’hui préoccupant. Le nombre de décès directement liés à l’antibiorésistance pourrait atteindre 10 millions par an dans le monde à l’horizon 2050. L’OMS affirme aujourd’hui que la résistance à des antibiotiques constitue l’une des plus graves menaces pesant sur la santé mondiale.

L’ANTIBIORESISTANCE, UN PHENOMENE MONDIAL QUI S’AMPLIFIE

La découverte des antibiotiques, de l’euphorie à l’inquiétude

Les antibiotiques sont des substances naturellement synthétisées par les micro-organismes pour assurer leur défense. Les premiers antimicrobiens employés sont le Trypan Röd (anti-parasitaire) et le Salvarsan (anti-syphilitique) découverts en 1903 et 1909 par Paul Ehrlich. Mais ce n’est qu’après la découverte de la pénicilline par Alexandre Fleming en 1928 qu’ils ont été extraits puis utilisés massivement en médecine humaine et vétérinaire. Dès cette époque, et très rapidement, le phénomène de résistance des bactéries cibles a été mis en évidence. Néanmoins, la découverte constante de nouvelles molécules a longtemps masqué l’importance de pré- venir l’apparition de résistances bactériennes.

Autrefois considérés comme des molécules « miraculeuses » qui permettraient à l’humanité d’éradiquer définitivement les pathologies infectieuses d’origine bactérienne, les antibiotiques ont été d’autant plus utilisés qu’ils ont de multiples propriétés. Ils sont efficaces comme désinfectants, ou conservateurs, mais aussi comme facteurs de croissance grâce à leur action sur la flore intestinale qui augmenterait la disponibilité des nutriments et de l’énergie pour l’animal.

Actuellement, les décès liés aux bactéries multi-résistantes se multiplient et très peu de nouvelles molécules antibiotiques sont attendues dans un avenir proche. Le phénomène ne pouvant plus être facilement contré, la communauté scientifique évoque une ère post-antibiotiques.

Les chiffres sont inquiétants, particulièrement dans notre pays, un des plus gros consommateurs d’antibiotiques au monde : l’agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé estime que la sur-consommation d’antibiotiques en France entraîne une dépense injustifiée de plus de 71 millions d’euros (données 2014).

Une étude de l’InVS en 2015 rapporte ainsi 158 000 infections à bactéries résistantes tous les ans pour 12 500 décès en France.

Une mobilisation globale contre l’antibiorésistance

 


 

Alors que le phénomène de résistance bactérienne est devenu préoccupant dès le début des années quatre-vingt-dix, ce n’est qu’en 2003 que l’organisation mondiale de la santé (OMS) a officiellement alerté sur les impacts de cette utilisation massive en recommandant aux éleveurs de ne plus utiliser les antibiotiques comme facteurs de croissance et de les utiliser prudemment en thérapeutique. Son action, coordonnée avec celle de l’organisation mondiale de la santé animale (OIE), se structure autour d’un message, le concept « Un seul monde, une seule santé » (One Health) et un plan mondial de lutte contre l’antibiorésistance lancé en mai 2015. Prenant la mesure du problème, le conseil de l’Union européenne a de son côté recommandé dès 2002 une utilisation prudente des antimicrobiens en médecine humaine et a interdit l’usage des antibiotiques comme facteurs de croissance en médecine animale dans l’Union européenne en 2006. La Commission a lancé en 2011 un «plan d’action pour combattre les menaces croissantes de la résistance aux antimicrobiens ». En France, les initiatives se multiplient depuis le début des années 2000. Ainsi, plusieurs plans pour contrôler la prescription des antibiotiques ont été mis en œuvre par les ministères en charge de la santé et de l’agriculture. En 2016, des travaux interministériels ont abouti à une feuille de route afin de maîtriser l’antibiorésistance.

L’un des axes de ces mobilisations est le renforcement des connaissances pour comprendre et lutter contre la diffusion de la résistance bactérienne dans l’environnement.

…/…

CONCLUSION

La contamination des milieux par les antibiotiques, leurs résidus et les bactéries résistantes, contribue au développement de l’antibiorésistance et favorise la contamination de l’humain. Cependant, la connaissance de cette contamination et de l’efficacité des moyens de lutte est insuffisante.

Conformément aux conclusions du rapport du Dr. Jean Carlet (juin 2015), le CGDD et la DGPR ont mobilisé la communauté scientifique autour de trois questions principales :

  • Quelle est la contamination des différents compartiments par les antibiotiques, leurs résidus et les bactéries résistantes ?
  • Quels sont les mécanismes de sélection et de transmission de l’antibiorésistance dans l’environnement ?

● Quelles sont les solutions efficaces pour lutter contre cette contamination de l’environnement

Écrire un commentaire

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique