logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

mardi, 21 octobre 2014

Vaccinations : synthèse (21 10 2014)

 

Note de synthèse publiée le 20 octobre 2014 sur le site de l’Institut National de Prévention et d’Education Sanitaire (cliquer ici pour accéder au site de l’INPES)

http://www.inpes.sante.fr/70000/cp/14/cp141020-vaccination.asp

En hiver, au printemps, en été ou à l’automne, la mise à jour des vaccins c’est toute l’année !

Bébés, jeunes, adultes… Quel que soit l’âge, nous sommes tous concernés par la vaccination. Et pour cause : c’est le moyen de prévention le plus efficace pour se protéger de certaines maladies infectieuses. Si aujourd’hui plus de 8 Français sur 101 s’y disent favorables, ils sont encore 19% à déclarer ne pas être à jour de leur vaccination. Pour autant, il n’est jamais trop tard pour se faire vacciner et les rattrapages sont possibles toute l’année ! Pour permettre à toute la famille d’être correctement protégée, l’Inpes propose aujourd’hui une piqûre de rappel sur les vaccins et les mises à jour.

La vaccination, ça commence dès le plus jeune âge !

 


 

Entre deux mois et deux ans, c’est le moment des premiers vaccins qui renforcent le système immunitaire des petits encore trop fragiles et leur permettent de lutter efficacement contre certaines maladies. 

·         2 mois : le premier vaccin combiné protège contre la diphtérie, le tétanos, la polio, la coqueluche, l’haemophilus et l’hépatite B. Une deuxième dose à 4 mois et un rappel à 11 mois sont nécessaires pour être protégés ; la vaccination contre les pneumocoques est faite le même jour que le vaccin combiné, à 2 et 4 mois avec un rappel à 11 mois.

·         12 mois : le vaccin contre la méningite à méningocoque C est recommandé le même jour que la 1ère dose de vaccin contre la rougeole, les oreillons et la rubéole (ROR). Une deuxième dose du vaccin ROR doit être faite entre 16 et 18 mois.

·         6 ans : un rappel contre la diphtérie, le tétanos, la polio, la coqueluche est nécessaire.

Les adolescents, une population exposée aux maladies infectieuses

L’adolescence est une période où l’on est moins attentif à ses vaccins. Pourtant, les adolescents sont particulièrement exposés aux maladies infectieuses. Vie en collectivité (collège, lycée, activité sportive…), début de la vie sexuelle… leurs activités et leurs modes de vie les rendent particulièrement vulnérables. C’est pourquoi il est important que les parents gardent un œil sur le carnet de vaccination, les rappels et les rattrapages afin de les protéger.

·         Entre 11 et 13 ans : un troisième rappel contre la diphtérie, le tétanos, la polio, et la coqueluche est nécessaire ;

·         La jeune fille entre 11 et 14 ans : deux doses de vaccin contre les papillomavirus sont recommandées, la seconde dose est administrée six mois après la première.

Les rattrapages sont toujours possibles

Pour les enfants et adolescents non encore vaccinés, la vaccination contre l’hépatite B est recommandée jusqu’à l’âge de 15 ans, celle contre la méningite à méningocoque C l’est jusqu’à l’âge de 24 ans révolus et celle contre les papillomavirus jusqu’à 19 ans, mais dans ce cas trois doses sont nécessaires.

Pour toute personne née depuis 1980 qui n’a pas été vaccinée contre la rougeole, deux doses de vaccin espacées d’un mois sont recommandées. Une dose pour ceux qui n’avaient reçu qu’une seule dose auparavant, quelle que soit la date.

La vaccination : ça concerne aussi les plus grands

Les adultes aussi doivent être vigilants et vérifier que leurs vaccinations sont à jour avant de faire pratiquer, si besoin, les rappels et les rattrapages nécessaires. En agissant ainsi, ils diminuent notamment le risque de transmission d’une infection qui pourrait s’avérer très grave pour les populations les plus fragiles (nouveaux nés, nourrissons, femmes enceintes, personnes malades, âgées…).

·         A 25 ans un rappel est recommandé pour la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite et pour la coqueluche. Par la suite, les rappels contre la diphtérie, le tétanos et la polio se font à âges fixes : 45 ans, 65 ans, 75 ans, 85 ans, 95 ans, etc…

N’hésitez pas à consulter votre médecin, votre sage-femme ou votre pharmacien et n’oubliez pas le carnet de santé ou le carnet de vaccination.

 

Coqueluche : se faire vacciner pour protéger les nourrissons

 

La coqueluche représente la première cause de décès par infection bactérienne chez les nourrissons de moins de 3 mois en France. En 2012, les parents étaient à l’origine de la contamination du nourrisson dans 63% des cas et la fratrie dans 27% des cas. 
Les parents, les futurs parents mais également les frères et sœurs, les grands-parents, la baby sitter,… (et toutes les personnes amenées à être en contact étroit et durable avec des nourrissons de moins de 6 mois) doivent être à jour de leur vaccination contre la coqueluche pour protéger le nourrisson.

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique