logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

vendredi, 20 décembre 2013

Agriculture : comptes prévisionnels 2013 (2/2) (20 12 2013)

Nous proposons sur deux jours des Extraits (hors graphiques et tableaux d’une note d’analyse de Mme Claire Lesdos-Cauhapé, division Industrie et agriculture publiée le 12 décembre 2013 sur le site de l’INSEE (cliquer ici pour accéder au site de l’INSEE)

http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?ref_id=ip1477.html

Les comptes prévisionnels de l’agriculture pour 2013 : Baisse des prix des grandes cultures et des œufs

Résumé

L’année agricole 2013 est marquée, après la flambée de 2012, par une forte baisse des prix des céréales, oléagineux, protéagineux et pommes de terre, ainsi que de ceux des œufs. Les volumes sont globalement stables, ils se réduisent nettement pour le colza et le blé dur tandis qu’ils progressent fortement pour les œufs. Au total, la valeur de la production agricole, y compris subventions, diminue de 3,7 % par rapport à 2012.

Parallèlement, les charges des agriculteurs augmentent à nouveau, principalement en raison du renchérissement de l’alimentation animale et de la progression des quantités d’engrais utilisées. Après trois années de hausse, le résultat de la branche agriculture régresserait globalement. L’emploi agricole continuerait par ailleurs à décroître.

D’après les estimations du compte prévisionnel de l’agriculture, le résultat agricole net (ou valeur ajoutée nette au coût des facteurs) par actif se réduirait de 16 % en termes réels en 2013, après trois années de croissance. Cette évolution résulte de grandes disparités selon les orientations des exploitations.

Sommaire

·         Les prix des grandes cultures diminuent

·         Le prix des œufs régresse

·         La valeur de la production agricole décroît de 4 %

·         La remontée du coût des intrants se poursuit

Le résultat de la branche agriculture baisserait fortement en 2013

La valeur de la production agricole décroît de 4 %


Au total, en 2013, les volumes produits sont quasiment stables, mais les prix baissent. La valeur de la production agricole, hors subventions sur les produits, décroît de 3,8 % par rapport à 2012, en retrait de 2,9 milliards d’euros : la baisse de 3,8 milliards d’euros pour la production végétale n’est pas compensée par la hausse de 0,9 milliard pour la production animale(graphique 1 et tableau 1).

Les subventions sur les produits s’élèvent à 1,1 milliard d’euros, comme en 2012. La prime au maintien du troupeau de vaches allaitantes, qui reste couplée à 75 % à la production, est la subvention la plus importante de cette catégorie.

La production agricole au prix de base présente des évolutions en volume et en prix proches de celles de la production hors subventions : respectivement - 0,3 % et - 3,4 %.

Variations (2013/2012) de la production de la branche agriculture en valeur (hors subventions)

Vins (12,5 %) : vins d’appellation d’origine, autres vins.

Autres produits animaux (12,3 %) : lait et produits laitiers, autres produits de l’élevage.

Bétail (15,4 %) : gros bovins, veaux, ovins, caprins, équidés, porcins.

Fruits (3,9 %) : fruits frais.

Autres produits végétaux (10,3 %) : plantes fourragères (maïs fourrage, autres fourrages), plantes et fleurs.

Services (5,3 %) : activités principales de travaux agricoles, activités secondaires de services.

Produits avicoles (6,7 %) : volailles, œufs.

Légumes (6,7 %) : légumes frais, pommes de terre.

Plantes industrielles (6,8 %) : oléagineux, protéagineux, tabac, betteraves, autres plantes industrielles.

Céréales (20,1 %) : blé dur, blé tendre, maïs, orge, autres céréales.

Les chiffres entre parenthèses indiquent pour chaque groupe de produits sa part en valeur dans l’ensemble de la production agricole de 2012.

Lecture : la valeur de la production agricole au prix producteur hors subventions diminue de 2 882 millions d’euros entre 2012 et 2013.

La remontée du coût des intrants se poursuit

La valeur des consommations intermédiaires de la branche agricultureaugmente de 2,6 % en 2013 sous l’effet d’une hausse conjuguée des volumes et des prix. Elle s’accroît pour la troisième année consécutive, mais à un rythme moins soutenu qu’en 2011 et 2012.

Les achats d’aliments pour animaux (hors produits agricoles intra-consommés) sont le poste principal des dépenses. Leurs prix augmentent fortement depuis 2010 du fait de l’envolée des prix des céréales jusqu’à fin 2012. Les quantités consommées sont en recul : elles progressent pour les aliments pour bovins, mais se replient pour les aliments pour volailles et surtout pour porcins.

 

Après s’être fortement alourdie de 2010 à 2012, la facture énergétique diminue en raison du recul des prix. Les prix de l’essence et du fioul régressent dans le sillage du prix du baril de pétrole. Toutefois, le prix du gaz et surtout celui de l’électricité se renchérissent. Les dépenses en engrais s’accroissent sensiblement : le prix des engrais reste élevé et les quantités consommées augmentent. La charge en produits de protection des cultures s’alourdit, mais de façon plus modérée qu’en 2012. Les prix augmentent légèrement et le volume consommé s’accroît : les agriculteurs ont eu davantage recours aux fongicides du fait du climat froid et humide du printemps.

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique